Mouvement Phases

Phases : un « convertisseur d’énergie »

Pendant plus de cinquante ans, le mouvement et la revue Phases ont joué le rôle que leurs cofondateurs, Édouard et Simone Jaguer, leur avaient assigné dès l’origine : Phases devait et allait être un « convertisseur d’énergie ».

Ce positionnement dynamique leur aura rapidement permis d’assurer un rayonnement international à leurs activités. Dès le milieu des années cinquante, on assiste à la mise en place d’un véritable réseau dont l’étendue et l’efficacité étonnent encore aujourd’hui : correspondants internationaux, collaborateurs et participants en provenance de tous les coins du monde, directeurs d’institutions muséales, de galeries ou de revues, poètes, peintres à la réputation naissante ou établie, ils seront nombreux à rejoindre les rangs de Phases et à contribuer ainsi à la définition d’une avant-garde, à la riche activité littéraire, poétique et plastique, qu’Édouard et Simone Jaguer n’ont eu cesse de documenter tout au long de leur vie, rendant compte de l’effervescence de milieux culturels et artistiques appelés à définir l’Avant-garde de la deuxième moitié du XXe siècle.

La cartographie de ce vaste réseau témoigne de l’ampleur de leur champ de vision. 

Carte des participants au Mouvement Phases 1952 – 2009